samedi 12 novembre 2016

Chemise Harrison Shirt : Cashmerette Patterns

Hello everybody,


Aujourd'hui je vais vous parler de ma Harrison Shirt éditée par Cashmerette patterns


Les patrons Cashmerette sont étudiés pour les femmes avec des formes et ce n'est pas moi qui m'en plaindrais. 
Voilà enfin une chemise ajustée adaptée aux bonnets C et plus (C/D, E/F, G/H).
Le secret réside dans la double découpe princesse des devants.


Sinon c'est une chemise classique avec col, pied de col, empiècement dos, poignets avec patte de boutonnage, empiècement dos et découpes princesses dans le dos.




Ce modèle taille plutôt juste et je vous conseille vraiment de faire une toile. J'ai d'abord opté pour la taille 14 et j'ai finalement choisi le 16 bonnet CD en élargissant au 18 pour le tour de taille.
En raison de mon choix de tissu j'ai passé beaucoup plus de temps que ce que j'imaginais au départ car ce twill de polyester est extrêmement glissant et s'effiloche comme ce n'est pas permis.; Le plus drôle c'est quand même que mon premier choix s'était porté sur une popeline de coton rayée que j'ai éliminée car je craignais que les rayures compliqueraient l'assemblage. Si j'avais su...
Première galère la découpe du tissu. J'ai essayé plusieurs possibilités. Le choix le plus satisfaisant a été de prendre mon tissu entre 2 feuilles de papier de soie et là ce fut presque "finger in ze nose".

La réussite d'une chemise, surtout si elle est ajustée demande de la précision. Avec mon tissu rebelle, il m'a fallu marquer les lignes de coutures. Pour cela, il n'y a pas plus exact que les faufils à la main. C'est chronophage, mais je ne prend pas ça pour une corvée.


J'ai assemblé toute la chemise avec des coutures rabattues : comme ça je suis sûre que mes finitions resteront impeccables lavage après lavage. Car je veux bien passer du temps à la coudre cette chemise, mais j'aime autant vous dire que je vais l'user jusqu'à la corde histoire, histoire de rentrer dans mes frais.
à gauche : envers de la couture rabattue, à droite : endroit de la couture rabattue
 
Gros plan sur la couture rabattue de l'emmanchure


C'était la première fois que j'utilisais ma vieille mac Thimonnier/Janome achetée pour 20 euros sur un vide-grenier
 Il y a longtemps que j'entendais vanter les mérites de ces machines à coudre "vintage". Et là je confirme et reconfirme. J'adore cette mac. Elle est super lourde mais elle me fait des coutures d'une beauté. Elles sont aussi belles à l'envers qu'à l'endroit. Ce qui n'est pas le cas avec ma Husqvarna Vikking qui date d'un peu plus de 5 ans. La pression est topissime et pourtant elle date de 1971. Je n'ai rien eu à y faire si ce n'est un petit graissage.

J'ai pu ainsi obtenir de très belle surpiqures bien nettes.

Pour l'entoilage j'ai utilisé la Vlieseline G785 sur le col et dessous de col ainsi que pour les deux épaisseurs du pied de col et des poignets plus les pattes de boutonnage du devant.
Le montage de la chemise s'est déroulé sans encombre. Les explications (en anglais) sont très claires et bien illustrées. J'ai particulièrement aimé la méthode pour monter la patte de boutonnage de la manche et le poignet.


 Utiliser la colle pour bâtir, en voilà une bonne idée.


 Je suis très fière de mes poignets.

 Le Fraycheck est parfait pour obtenir des boutonnières impeccables.


 Allez plus que les boutons. Ce sont des boutons en nacre véritable achetés sur une brocante.

Je déteste coudre les boutons et là, ils ne sont pas moins de 15. Aussi ai-je cherché sur la toile un moyen d’alléger cette corvée et j'ai trouvé sur le site de partage Instructables:
comment coudre un boutons avec une aiguillée de 4 fils sans que ça s'emmêle
Voici encore quelques photos de la chemise portée avant de vous quiter



 Finalement très contente du résultat. Ce modèle est un excellent classique que je déclinerai très sûrement avec d'autres tissus à l'avenir.

Voilà pour aujourd'hui. Bonne couture et à très bientôt
 

mercredi 9 novembre 2016

Récapitulation...


Hello everybody,
j'ai ouvert ce blog en 2008 et depuis cette date je vous ai montré ici un peu plus d'une cinquantaine de vêtements que je me suis cousus. C'est vraiment peu en comparaison de la production de certaines bloggeuses, mais bon ça compte quand même. Voilà ce que ça donne en images :
 Je trouve ça plutôt amusant, surprenant et même édifiant de revoir des vêtements que j'avais oubliés.Je constate que depuis 2008 mes goûts ont changé de même que mon physique. Il y a vraiment des loupés et il y a bien sûr des vêtements que j'aime bien et ce ne sont pas toujours ceux sur lequel j'ai passé beaucoup de temps. 
Tenir ce blog m'a permis de mieux me connaitre d'accepter mon corps et d'apprendre à adapter les patrons en conséquence. Bref d'avoir davantage confiance en moi-même. Pas mal non ?
J'ai réalisé ce montage à l'occasion d'un challenge sur Instagram : #Bpsewvember organisé par Bimbleandpimble

lundi 26 septembre 2016

Vite une robe !!!

Hello everybody,


Voici un aperçu de ma dernière réalisation. J'avais besoin d'une petite tenue sympa pour le week-end dernier, mais pas assez de temps pour entreprendre un projet très ambitieux.
J'en ai profité pour essayer un patron de La Maison Victor. 
C'est le deuxième numéro que j'achète et je n'avais pas encore pris la peine de tester ces patrons pourtant très populaires.

La robe Fran correspondait tout à fait à ce que je recherchait.

.

Quelque chose de pas compliqué, une ligne simple pour mettre en valeur ce très joli  jersey bi-stretch en maille cristal polyester de chez Place des Tissus.
C'était aussi la première fois que j'achetais sur ce site. L'aspect du tissu est superbe et je pense qu'il est de bonne qualité (pas de mauvaise surprise au prélavage). Pourtant ce ne fut pas une mince affaire de le coudre à machine à coudre. Je sais, il faut vraiment que j'investisse dans une surjeteuse.
Bon, à force de ténacité et non sans quelques jurons, j'ai quand même réussi à dompter la bête. 

Voici une astuce que vous permettra de mater les tissus les plus récalcitrants comme la maille ou les tissus très fins.


Il suffit de glisser une feuille de papier soie entre le tissu et la machine pour le piquer. Une fois la couture achevée il ne vous reste plus qu'à déchirer et voilà le travail.


Avant de passer à la couture, j'ai quand même pris le temps d’appliquer du ruban thermocollant  Stabilmanche sur les coutures en biais, qui sans ce renfort auraient vite fait de se déformer : Les coutures d'encolure, d'épaules et d'emmanchures.


Même si la coupe de ce modèle est méga large j'ai choisi de faire un ajustement pour forte poitrine.

Autre raffinement qui n'était pas fourni avec les explications de la revue, j'ai soigné la finition de l'encolure.

J'ai appliqué la méthode expliquée par Linda Maynard dans Les techniques de finitions haute-coutureéditions Tutti Frutti, ISBN 978-2-36009-045-7. Le résultat est juste parfait et je vous recommande chaudement ce bouquin.




Et voilà le travail.

Pas grand chose à voir, avec le modèle du magazine. J'ai rallongé la jupe d'environ 15 cm. J'ai aussi diminué la largeur des manches à l'ourlet et je les ai rallongées d'une petite dizaine de 10 cm. Je ne voulais pas qu'elles arrivent à hauteur de buste. c'est à éviter quand on à une poitrine généreuse.

Mon bilan. Cette robe est parfaite passer de l'été à l'automne selon la façon dont vous l'accessoirisez : sandales ou collants opaques et chaussures. Je ne regrette pas tout le mal que m'a donnée la maille car sa fluidité la rend hyper agréable à porter. 

Bref, un bon point pour La Maison Victor et il y aura certainement d'autres expériences avec cette revue dans le futur.

Voilà pour aujourd'hui et j'espère vous revoir très bientôt pour la suite et la fin de mon pyjama Carolyn.

mercredi 31 août 2016

Pyjama Carolyn, Closet Case

Hi guys,
Ma nouvelle couture est un pyjama. C'est une première pour moi. Je l'avoue ma lingerie n'est pas ce dont je suis le plus fière. Pourtant ce n'est parce que seuls ceux qui me sont le plus proche ont une chance d'en voir la couleur, qu'elle ne doit pas être agréable à regarder, au contraire. J'ai donc décidé  de changer tout cela et me confectionner un joli pyjama dont je n'aurai pas à rougir.
Je dis un, mais j'espère que ce n'est qu'un début.
Au cas où vous ne connaitriez pas encore, le patron Carolyn de Closet Case Patterns (entreprise Montréalaise, ce qui n'est pas pour me déplaire) est LE PATRON qu'il vous faut, si vous aussi vous en avez assez de vos vieux pyjamas avachis.

Ceux qui me lisent depuis un certain temps auront pu constater que je n'ai pas l'habitude d'utiliser des indépendants. Mais là, je me suis qui dit que j'en aurai pour mon argent. Une recherche Google suffit à vous rassurer sur la qualité du patronage. Les réalisations sont toutes plus inspirantes et attirantes les une que les autres.



Pour mon premier essai j'ai choisi la version short et manches courtes.

Ce n'est pas encore l'hiver et comme je suis pressée, je n'aurai pas à m'embêter avec les manches ou les jambes à raccourcir si nécessaire.
Les variantes sont pourtant multiples et vous permettrons d'exprimer toute votre créativité. Le livret explicatif est très bien construit et de nombreux tutos vous aideront sur le site de la créatrice. Autre point positif la pochette propose un très large éventail de tailles. Bref, que du bonheur. En PDF, le patron est disponible en français et en anglais.

Passons maintenant à la réalisation, ou plutôt à ses préparatifs.

J'ai opté pour un satin de coton aux couleurs chatoyantes et à impression numérique (Toto Rouen) acheté il y a deux ans. J'avais flashé sur cet imprimé mais réflexion faite, je le trouvais un peu flashy pour une robe. Par contre je le trouve parfait pour un pyjama.



Certes, j'ai choisi la version light, manches et jambes courtes, mais où serait le plaisir, si la réalisation n'offrait pas quelques jolis détails pour corser le tout.

J'ai donc choisi d'orner les bords d'un joli passepoil. Restait à me décider pour la couleur. Le meilleur moyen pour y parvenir c'est de faire des essais.

Passepoil blanc :


Passepoil rouge :


J'ai fini par me décider pour le rouge qui a plus de peps à mon avis.

Et voilà où j'en suis à l'heure où je reprends le chemin du travail...



Le temps de reprendre le rythme, j'espère que les premiers jours ne vont pas me pomper toute mon énergie et que la suite viendra vite car j'ai vraiment hâte de voir le résultat...

A bientôt et bonne couture !!!




dimanche 28 août 2016

Robe bain de soleil BurdaStyle 05.2016.132

Aujourd'hui j'ai envie de vous parler de ma dernière réalisation, une robe bustier qui tombe à point nommé pour la chaleur caniculaire qui n'épargne pas notre verte Normandie.

J'ai trouvé le patron dans le Burda de mai 2016, modèle 132

J'ai tout de suite été séduite par le côté rétro de cette robe bustier qui n'est pas sans rappeler certains de la collection printemps été Dolce et Gabbana :

Un détail fait diffère pourtant. Burda a remplacé les plis de la jupe par une jupe en cercle. Ce modèle étant fait pour les tailles 44-52, je trouve que c'est une bonne idée car cela évite d'alourdir la silhouette.

En raison de cette jupe corolle ( 4 mètres à l'ourlet) il vous faudra plus de 3 mètres pour réaliser ce modèle.
J'ai éliminé les poches en cœur car je pense que j'ai passé l'âge pour ce genre de détails.

Un fois de plus, j'ai puisé dans mes réserves pour trouver le tissu. Fournisseur habituel, Toto Rouen
Comme conseillé, j'ai opté pour un satin de coton assez léger. C'est vraiment ce qu'il faut pour ce genre de robe. Le coton est parfait pour les grandes chaleurs et l'armure satin donne un joli brillant et plus de fluidité. Seul bémol, ce tissu se froisse pas mal, mais cela s'arrangera peut-être après plusieurs lavages.

J'ai réservé la partie imprimée à la jupe devant et dos


et j'ai choisi de laisser le bustier uni. Comme il me restait des restes d'un satin de coton fuchsia j'ai cru qu'il serait sympa de choisir cette couleur pour le parement d'encolure et les bretelles. Ce n’était malheureusement qu'une Fausse Bonne Idée que j'ai décousue sur le champs.

 
Ce tissu fuchsia a quand servi pour le passepoil qui orne les bretelles.


En guise de ganse à passepoil j'ai utilisé de la queue de rat que j'avais en stock.


 La queue de rat a l'avantage de se trouver facilement et à moindre coût. Elle est aussi plus souple que le cordonnet en coton, ce qui n'est pas un mince avantage pour les courbes comme ci-dessous.


J'aime bien voir les réalisations des autres internautes avant de ma lancer dans la réalisation d'un modèle. Pour celui-ci j'ai trouvé une aide précieuse sur le site russe de Burda, comme souvent d'ailleurs. J'ai donc été prévenue que ce modèle était très ajusté pour le haut. Aussi j'ai pris et repris mes mesures et celles du patron et j'ai réalisé 3 toiles pour le haut. Eh oui, j'ai un peu galéré pour adapter le haut à mon tour de bonnets.

 

Voici le patron une fois modifié :

Le plus difficile fut de bien orienter la pince et de ne pas la prolonger trop près de la pointe du sein. J'ai appris à cette occasion que plus la poitrine est forte, plus la fin la pince est éloignée de la pointe du sein. Approximativement 5 cm contre 2.5 cm  pour un bonnet B.

Autre modification apportée au patron j'ai raccourcie la jupe de 3 cm.

En raison de la finesse de mon tissu j'ai jugé opportun de doubler la partie corsage. Pour tailler la doublure, j'ai pris le patron du haut et j'ai ôté la valeur de la parmenture d'ouverture devant coupée à même.

Cette doublure a été taillée dans le tissu de la robe que j'avais en abondance, l'intérieur est donc très propre sans couture apparente.



 Toujours dans le but d'un intérieur aussi beau que l'extérieur j'ai opté des coutures anglaises pour la jupe.



L'ourlet a été réalisé selon les instructions du magazine. Réduit à 7 mm, surfilé et rabattu avant d'être piqué.
Note à moi-même, se rappeler de cette option pour les ourlets étroits à venir, beaucoup moins fastidieux que de replier deux fois l'ourlet.

Une fois de plus j'ai constaté que Burda zappait les sous-piqures. Si cela est du chinois pour vous cliquer ici pour explication illlustrée sur le cite de Petit Citron.
Cette finition est pourtant indispensable pour obtenir des bords bien nets.


Ici j'ai sous-piqué tout le pourtour du parement d'encolure.

Pour finir, le parement d'encolure est surpiqué près du bord ainsi que la couture de montage du corsage à la jupe
 Voilà pour cette fois, je ne vous aurai épargné quasiment aucunes des étapes de la réalisation de cette robe. En espérant que cela pourra, si ce n'est vous être utile, au moins vous inspirer et vous donner envie de vous lancer, vous aussi,dans la confection de vos vêtements.

Cette robe est la dernière pièce que j'ai cousu pour les vacances. Il est maintenant plus que temps de penser à la rentrée. Je ne serai donc pas sans vous montrer de nouvelles réalisations sous peu.

A bientôt et bonnes coutures.